Thrombose hémorroïdaire (appelée aussi « crise hémorroïdaire »)

 

C’est la formation d’un caillot dans une hémorroïde externe.

 

La thrombose a l’apparence d’une bosse bleutée, à la marge anale. Elle est douloureuse au toucher.

 

thrombose2                                                 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La thrombose est généralement localisée et mesure environ un centimètre.

Elle peut s’étendre vers l’intérieur dans le réseau veineux du canal anal.

 

thrombose3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est un phénomène très douloureux.

 

La douleur dure quelques jours, mais la tuméfaction elle-même demeure et disparait progressivement en deux à trois semaines.

 

Après la première semaine, la douleur est diminuée et tolérable.

 

Très souvent, après une ou deux semaines, la peau au-dessus de l'hémorroïde s'ulcère.

 

Il se forme une petite plaie qui permet alors l'expulsion du sang contenu dans l'hémorroïde.

 

Le patient constate alors l'apparition de saignement en petite quantité.

 

Ce saignement peut durer quelques jours.

 

Exceptionnellement, la thrombose peut être massive : au lieu de toucher un quadrant de l’anus et de mesurer environ un centimètre, elle prend tout le contour de l’anus.

 

La thrombose massive est rare, mais lorsqu’elle se produit elle constitue une urgence médicale.

 

CAUSES

 

La thrombose est causée par un arrêt temporaire de la circulation dans une veine hémorroïdaire, avec formation d’un caillot.

 

Les causes fréquentes sont :

  • Position assise prolongée sur la toilette
  • Constipation, diarrhée répétée
  • Travail prolongé en position accroupie (jardinage)
  • Yoga, poids et haltères, etc.

 

TRAITEMENT...  Incision versus excision versus traitement conservateur

 

  • Une erreur couramment observée dans les salles d’urgence est de procéder à l’extraction du caillot; c’est une procédure contre-indiquée, qui ne soulage pas et qui se complique à l’occasion d’une grave infection
  • Le traitement est d’abord médical dans la plupart des cas : bains de siège à l’eau tiède, onguent analgésiques et anti-inflammatoires, médication analgésique et anti-inflammatoire
  • Dans les rares cas où la thrombose est extensive et nécessite une intervention d’urgence, il faut alors exciser la veine hémorroïdaire thrombosée (donc une hémorroïdectomie classique partielle). Cette intervention se doit d’être pratiquée par un chirurgien spécialiste.

 

PRÉVENTION

  • Éviter les causes connues, dont la constipation;
  • À titre préventif, traiter le réseau d’hémorroïdes internes si elles sont volumineuses; on procède alors à des ligatures hémorroïdaires.
Feedback