L'hygiène anale et périnéale

La région périnéale assure des fonctions personnelles importantes.

On doit donc lui porter le respect et l’attention que l’on porte à son visage, à ses mains et au reste du corps.
De nombreux contaminants parviennent en contact avec la peau du périnée :

  • les matières fécales,
  • les sécrétions régionales (la transpiration, entre autres),
  • les menstruations,
  • les sécrétions vaginales
  • les pertes urinaires
  • le contact avec les vêtements et les draps
  • l’utilisation de crèmes irritantes

La coutume occidentale d’utiliser seulement du papier hygiénique après la défécation n’est pas universellement reconnue. De nombreuses régions et cultures recommandent le nettoyage humide de la région péri anale après la défécation.

Pourquoi? Parce que les matières fécales contiennent de nombreuses substances chimiques et biologiques. Ces pigments s’imprègnent dans la peau et peuvent causer une irritation. Lorsque cette irritation cause des démangeaisons, le grattage (souvent nocturne, donc inconscient) crée des micro-blessures et favorisent la pénétration des bactéries et des substances chimiques. On peut voir alors s’installer une inflammation (une dermite) et parfois avec une surinfection à bactéries ou à champignons.

Il est donc recommandable de faire suivre la défécation d’un nettoyage adéquat. Le plus simple, c’est une douche après la selle du matin.

Sinon, on peut utiliser un ligne humide après avoir utilisé le papier hygiénique.

Des produits commerciaux sont également fort utiles. Il faut faire attention toutefois de ne pas utiliser de lingettes parfumées, car elles pourraient causer plus d’irritation. On retrouve ainsi :

  • les lingettes Incognito
  • les lingettes Tucks

Lorsque l’irritation est importante, on peut faciliter le nettoyage

  • par l’utilisation du bain de siège (pour de courtes durées : ne pas dépasser 5 à 10 minutes)
  • et par le nettoyage avec un savon non-parfumé

En présence d’une infection, il devient nécessaire d’ajouter temporairement une crème polyvalente (contre les bactéries et les champignons) et parfois un savon désinfectant (pour une courte durée).

Une fois l’inflammation résolue, l’entretien de la peau dépend des conditions locales :

  • si la personne transpire beaucoup, on utilisera une poudre simple (fécule de blé) ou médicamentée (Zeasorb AF)
  • pour protéger la peau fragile, on peut mettre de l’oxyde de zinc (Zincofax, Pâte d’Ihle) ou encore la crème CUTIBASE
  • pour l’entretien chronique de la peau sèche ou vulnérable, le beurre de chanvre est recommandé

 

Feedback