Avant, pendant et après votre visite à la clinique de proctologie - Pour des traitements d'hémorroïdes

Catégorie(s):

Comment se préparer

Il est souhaitable de prendre un analgésique (Tylenol ou Advil, s’il n’y a pas de contre-indication de votre médecin de famille) une heure avant votre visite, car vous aurez probablement un traitement de ligature élastique et de cryothérapie. En effet, bien que le traitement lui-même soit généralement bien tolérable, on peut observer un inconfort ou parfois même une douleur généralement de courte durée (15 à 30 minutes).

Il est important d’arrêter les médicaments qui « éclaircissent » le sang (nuisent à la formation de caillots) afin de ne pas avoir de saignement important suite è cette procédure. Il peut s’agir de médicaments anti-plaquettaires (Aspirine, Clopidogrel (Plavix) ou autres) ou des anticoagulants (Coumadin, Eliquis, Xarelto ou autres). La plupart de ces médicaments devraient être arrêtés 3 jours avant la procédure et au moins 5 jours par la suite. Il est important d’obtenir l’accord de votre médecin avant d’interrompre la prise de ces médicaments.

A quoi s’attendre pendant ?

Quoique sujets à beaucoup d’appréhension, cet examen et les procédures de traitement se déroulent généralement très bien. Votre médecin vous expliquera chaque étape. Après vous avoir questionné, il débutera par inspecter la région anale puis procèdera à un examen avec son doigt (toucher rectal). Par la suite, il introduira par l’anus un petit scope qui lui permet de visualiser les hémorroïdes internes. Si celles-ci sont confirmées, il pourra alors, avec votre accord, procéder au traitement qui consistera en la ligature avec élastiques suivi d’application de cryothérapie. Le tout dure à peine quelques minutes et quoiqu’inconfortable n’est généralement pas très douloureux.

Le traitement des hémorroïdes internes se fait généralement au rythme d’une hémorroïde par visite afin d’assurer une bonne visualisation et éviter les complications.

Et après la visite ?

Immédiatement après la procédure, on peut ressentir un besoin de défécation. Il s’agit presque toujours d’une « fausse envie » qui disparaîtra spontanément en une (ou quelques) heures. Il n’est pas dangereux d’aller déféquer après la procédure mais si la selle ne vient pas facilement, il faut éviter de faire des efforts et comprendre qu’il s’agissait probablement de cette fausse envie.

Il arrive à l’occasion que la procédure soit suivie de douleurs. Ceci est variable d’une fois à l’autre et il ne faut donc pas s’étonner si une procédure est plus ou moins inconfortable qu’une précédente. En général cette douleur est modérée et soulagée par des analgésiques (Tylenol ou Advil) ou par des anti-inflammatoires (Aleve ou Naproxen). Des bains de siège (s’assoir les fesses dans l’eau tiède et chaude) peuvent également aider. Finalement, assurez-vous de garder les selles molles en prenant assez de fibres et d’eau, ou encore des laxatifs qui vous seront prescrits ou alors en vente libre sur conseil de votre pharmacien.

Dans les jours suivant la ligature, la varice hémorroïdaire nécrose et se mêle aux selles. Les élastiques sont libérés (2 à 10 jours) et sont évacués. Il se forme alors une plaie au site de la ligature. Cette plaie peut saigner légèrement, surtout si les selles sont rugueuses. On peut alors observer un peu de sang sur la selle ou même sur le papier, plus rarement dans l’eau. La quantité est minime et le saignement cesse généralement en deux ou trois jours.

La plaie guérit ensuite et lors de la visite subséquente, on peut souvent observer une cicatrice blanchâtre au site de la ligature.

Quand s'inquiéter?

Si un saignement très abondant (comme une hémorragie) apparaît, il faut alors se présenter à une urgence. Ceci est rare et habituellement associé à la prise d’anticoagulants.

Si la douleur est très intense, non-soulagée par la médication, si elle s’accompagne de fièvre ou d’une d’incapacité à uriner, il est important de consulter.

Dans ces circonstances, vous pouvez appeler à la clinique durant les heures ouvrables (de 7h à 13h) et laisser un message. Vous recevrez un retour d’appel. Si vous êtes en dehors des heures ou des journées ouvrables, vous devrez vous présenter à une urgence.